IMPACT NUMÉRIQUE : 6 GESTES POUR LE LIMITER

IMPACT-NUMÉRIQUE-POTIONS-ETHIQUES-COUVERTURE

Rechercher une recette sur internet, visionner une vidéo sur YouTube, utiliser notre montre connectée reliée en bluetooth à notre téléphone… Autant de gestes quotidiens qui, à première vue, n’impactent pas notre environnement. Et pourtant, le numérique, bien que virtuel, a de réelles conséquences sur l’écologie. Ce n’est pas pour rien que l’on parle de pollution numérique d’ailleurs !

Aujourd’hui on va essayer de décortiquer ce qu’il se cache derrière ce gros mot “impact numérique”, et on imaginera quelques pistes pour essayer de le limiter.

LE NUMÉRIQUE EN QUELQUES CHIFFRES

En préparant cet article, j’ai été scotchée, pour ne pas dire choquée, par les chiffres que j’ai pu lire. Ils sont tellement élevés qu’ils en paraissent presque irréalistes. Ne me dites pas que je suis la seule à avoir du mal à me représenter la réalité derrière ces chiffres ?

0 milliards
équipements dans le monde (smartphone, ordinateurs, objets connectés)
0 millions
recherches Google en 1 heure, dans le monde
0 milliards
mails envoyés dans le monde
0 km
parcourus en moyenne par une donnée numérique (mail, recherche internet, vidéo, etc.)

J’aimerais aussi vous parler d’une autre donnée. Les émissions de gaz à effet de serre dues au numérique se répartiraient de la manière suivantes :

  • 25% générées par les data centers
  • 28% générées par les infrastructures réseau
  • 47% générées par les équipements des consommateurs
 Ainsi, un peu moins de la moitié des émissions de gaz à effet de serre dues au numérique proviennent de nos appareils. Nous pouvons donc agir pour limiter cet impact numérique, même si ce n’est que partiellement. La transition est donc toute trouvée pour enchainer sur les gestes à adopter pour le limiter !

GESTES POUR LIMITER NOTRE IMPACT NUMÉRIQUE

#1 | BIEN PENSER SA CONSOMMATION

Ce n’est un secret pour personne, nous sommes une société de consommation qui a, dès le moindre problème, pour premier réflexe de changer l’objet en question. Pourtant, ces objets du quotidien ont de réelles conséquences sur l’environnement.

Ordinateurs, smartphones, tablettes et objets connectés, le premier impact a lieu lors de leurs fabrications. Selon l’ADEME, pour la fabrication d’un ordinateur de 2 kg, la matière première nécessaire s’élève à 800 kg. Et sur les 169 kg de CO2 émis lors de la vie de cet ordinateur, 124 kg sont émis lors de sa fabrication. Il est donc nécessaire de prendre conscience de l’impact numérique, et d’adapter nos choix.

Par exemple, on peut :

  • Utiliser le plus longtemps possible nos équipements (on peut baisser de moitié son bilan environnemental en utilisant 4 ans, plutôt que 2, sa tablette ou son ordinateur)
  • Prendre soin de ses équipements et les protéger contre les virus
  • En cas de panne, se tourner vers la réparation
  • Privilégier les équipements multi-fonctions plutôt qu’acquérir plusieurs équipements
  • Penser à ses besoins réels et ne pas acheter sur un coût de tête
  • Vendre d’occasion si notre matériel fonctionne toujours
  • Penser aux produits reconditionnés

#2 | ÉCONOMISER L'ÉNERGIE

IMPACT-NUMÉRIQUE-POTIONS-ETHIQUES-ENERGIE
Les technologies numériques sont le deuxième poste de consommation d’énergie à la maison. En plus d’être source de dépense, cette énergie est source de pollution.
 
Alors pour diminuer notre consommation d’énergie on peu :
 
  • Mettre en veille ou éteindre ses appareils
  • Brancher ses appareils sur une multiprise à interrupteur et l’éteindre
  • Désactiver la WI-FI quand on ne l’utilise pas (idem pour le GPS et le bluetooth)
  • Débrancher ses chargeurs quand on ne charge pas son téléphone (je suis une experte pour ça
En gros, dès qu’on n’utilise pas un appareil, la première des choses est de l’éteindre. Mais on peut aussi penser à le débrancher, car même éteint il consomme de l’énergie. 

#3 | FAIRE LE TOUR DE SA BOITE MAIL

Toujours selon l’ADEME, un mail envoyé émet en moyenne 19 grammes de CO2. Cet impact dépend du poids des pièces jointes, du temps de stockage sur un serveur et du nombre de destinataires. Plus il y a de destinataires, plus l’impact est lourd.

Ainsi, tenir sa boîte mail à jour est indispensable pour alléger son impact numérique.

  • N’envoyer un mail que si nécessaire
  • Réduire à l’essentiel le nombre de destinataires
  • Optimiser la taille des pièces jointes 
  • Supprimer les pièces jointes lorsque l’on répond ou transfère un mail
  • Éviter de “répondre à tous” et sélectionner seulement la (ou les) personne(s) concernée(s)
  • Nettoyer régulièrement sa boite mail (ne pas oublier la corbeille, les spams et les brouillons) et ne garder que le nécessaire
  • Se désabonner des mails de publicité (et pas seulement les supprimer).

#4 | OPTIMISER SES RECHERCHES WEB

L’ADEME explique aussi qu’une requête web aura un impact plus ou mois lourd selon le temps de recherche et le nombre de pages consultées. En se rendant directement à l’adresse du site voulue, nous diviserions par 4 les émissions de gaz à effet de serre.

  • Taper directement l’adresse du site souhaité
  • Enregistrer les sites consultés régulièrement en favoris
  • Limiter le nombre d’onglets ouverts
  • Optimiser sa recherche : utiliser des mots-clé précis et faire attention aux erreurs de frappe
  • Installer un moteur de recherche éco-responsable. Parmi les plus connus, Ecosia qui soutient des programmes de reforestation grâce aux revenus générés par les recherches. C’est personnellement celui que j’utilise. Il y a aussi Lilo qui soutient des projets sociaux et environnementaux, YouCare qui offre des repas aux animaux des refuges, et bien d’autres encore !
IMPACT-NUMÉRIQUE-POTIONS-ETHIQUES-WEB

#5 | MOT D'ORDRE : TRIER, PARTOUT, TOUT LE TEMPS

En plus de limiter notre impact numérique, trier, organiser, stocker et jeter permet de faire du bien à nos équipements qui ne s’en porteront que mieux.

Alors on peut :

  • Trier et supprimer régulièrement ses mails
  • Organiser et mettre à jour ses favoris
  • Vider le cache de son ordinateur (cookies, historique, etc.)
  • Vider les dossiers “téléchargements” et “corbeille” de son ordinateur
  • Trier les données stockées dans son ordinateur et ne garder que celles utiles
  • Préférer le stockage local (disque dur externe) au Cloud qui est énergivore 

#6 | OUBLIER LE PAPIER

Nous en parlions déjà dans l’article concernant les bonnes pratiques zéro déchet au travail, chaque salarié consomme en moyenne 30 ramettes de papier par an. C’est assez paradoxal quand on y pense. Tout est virtuel, mais nous avons tout de même besoin d’avoir, entre les mains, du concret. Quitte à produire des déchets et consommer de l’énergie.

Pour éviter ça, on peut, notamment :

  • N’imprimer que ce qui est indispensable,
  • Imprimer en recto-verso,
  • Optimiser la mise en page (imprimer en A5 sur du papier A4),
  • Imprimer en mode brouillon, en noir et blanc,
  • Réutiliser les impressions ratées ou sur une seule face.

Voilà donc pour ces quelques gestes à adopter pour limiter notre impact numérique. Comme toujours, le but de cet article n’est pas de pointer du doigt et dire que certaines personnes font moins bien mais plutôt d’informer. L’idée ici est de prendre conscience des conséquences de nos actes et d’essayer d’agir au mieux.

Et vous, quel(s) geste(s) avez-vous adopté(s) pour limiter votre impact numérique ?

À très vite,

Signature Marion Potions Ethiques
IMPACT-NUMÉRIQUE-POTIONS-ETHIQUES-PINTEREST

Retrouvez-nous sur Pinterest !

14 Comments

    1. Coucou ! Contente que cet article t’ait plu 🙂
      Tu as des organismes à nous conseiller pour compenser l’empreinte carbone de nos sites ?

      À bientôt,
      Marion 🙂

  1. Bon, ça va, je suis plutôt une bonne élève. Je mets un point d’honneur à toujours trier mes mails, j’utilise mes appareils électroniques jusqu’à ce qu’ils ne fonctionnent plus, j’utilise Lilo comme moteur de recherche et il est très rare que j’imprime. Le point à améliorer est l’économie d’énergie : je laisse souvent mes chargeurs branchés sans rien au bout.

    1. Coucou !

      On peut toujours faire mieux, mais c’est déjà top tous ces gestes que tu as déjà insérer dans ton quotidien.
      Les chargeurs sont aussi ma bête noire 🤣 Je ne désespère pas d’arriver à changer ce point 🙂

      À très vite,
      Marion 🙂

  2. Coucou,

    Bon, c’est bon, je suis une bonne élève !

    J’ai remonté les bretelles de mon collègue qui avait plus de 2,000 mais dans sa boîte mail !
    Il faut supprimer ses mails, mais aussi vider la corbeille de sa boîte mail, ce que beaucoup oublie !

    Niveau matériel, j’ai un iMac fixe pour moi travailler, mon mari son PC portable et c’est tout. On a fait le choix de ne pas avoir de tablette, nous n’en avons pas besoin.

    J’éteins la WiFi de mon téléphone chaque soir, je coupe les kits CPL etc !

    Belle soirée,
    Laura – Bambins, Beauté et Futilité

    1. Coucou !

      Ça fait plaisir de voir tous ces gestes effectués 🙂

      J’en reviens pas : 2000 mails 😱 Tu as bien eu raison de lui remonter les bretelles 🤣

      Je me suis séparée cette semaine d’une tablette qui trainait depuis plusieurs années. Elle a fait un heureux, qui en avait plus besoin que moi 🙂

      À très vite,
      Marion 🙂

  3. J’adore ton article, trop peu de gens pensent à l’impact numérique sur l’écologie. Personnellement je me suis désabonnées de nombreuses listes de diffusion, j’utilise écosia, je trie tous les mois mes mails et mon ordi, et dès que je pars je ferme tout surtout les multi-prise 🙂

    1. Coucou,

      Merci beaucoup, contente que cet article te plaise 🙂

      Tu me fais penser que je dois encore me désabonner de toutes ces listes de diffusion qui nous envahissent de mails ! À rajouter sur ma to-do list 🙂

      À très vite,
      Marion 🙂

  4. Ton article est excellent, j’essaie d’avoir de bonnes pratiques comme le tri de la boite mail par exemple, on ne pense pas toujours à son impact numérique. Le digital c’est bien à condition d’en faire bonne usage 😉 Merci pour le partage

    1. Coucou !

      Je suis contente que cet article t’ait plu 🙂

      C’est vrai qu’on ne pense que trop peu à l’impact du numérique. Comme tu dis, il faut en faire bon usage 🙂

      À très vite,
      Marion 🙂

    1. C’est vrai que les boites mail, avec tous ce qu’on nous envoie, sont très vite surchargée !
      Alors, tu as trié ta boite ou pas encore ? 🤣

      Belle journée,
      Marion 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.