BIO, MAIS QUEL EST CE MOT ?

BIO, quel est ce mot ? - Potions Ethiques

Nous vivons dans une ère où le mot « BIO » est présent à chaque coin de rue. Mais sait-on vraiment ce qui se cache derrière ? Un terme à la fois vaste et sans définition précise.

J’ai fait quelques recherches sur le sujet, car tout comme vous je me pose des questions sur ce qui se retrouve dans mon assiette et sur ce mot qui veut tout dire et ne rien dire à la fois. Alors avant toutes choses, remettons les bons mots dans les bons contextes. Je ne parle pas de « BIO » mais « D’AGRICULTURE BIOLOGIQUE » avec une définition précise « empruntée » auprès de l’International Federation of Organic Agriculture Movements :

« L’agriculture biologique est un système de production qui maintient la santé des sols, des écosystèmes et des personnes. Elle s’appuie sur des processus écologiques, sur la biodiversité et sur des cycles adaptés aux conditions locales, plutôt que sur l’utilisation d’intrants ayant des effets néfastes. L’agriculture biologique allie la tradition, l’innovation et la science au bénéfice de l’environnement commun … ».

HISTORIQUE

Il était une fois un tout nouveau « mouvement » qui vu le jour sous le nom « d’agriculture biologique » au XX° siècle. La féerie existe aussi dans notre société 😅

Un mouvement plutôt récent avec pour principes : l’éthique et l’écologie. Des courants, des associations, des groupes de recherche, des labels, des syndicats et bien d’autres existent aujourd’hui afin de faire fonctionner cette nouvelle appellation aux principes bien spécifiques.

Tomates Bio- Potions Ethiques

D’ailleurs, le premier label privé soumis au cahier des charges AB créé fut NATURE ET PROGRÈS en 1964 (et oui il n’y a pas d’histoire sans date). On parle de label mais en réalité c’est une association à la « recherche d’un modèle alternatif à l’agro-industrie, promeuvent le développement d’une agriculture biologique et paysanne. Elle met en lumière le rôle des équilibres biologiques et écologiques ainsi que les dangers que fait courir l’usage des pesticides et des intrants de synthèse pour l’alimentation humaine et l’environnement». Je ne pouvais pas mieux dire que cette superbe phrase tirée du site internet Nature et Progrès.

À cette époque, le « BIO » est reconnu mondialement comme de l’agriculture durable. Une révolution du XXI° siècle qui ne souhaite que des produits plus « sains » et respectueux de l’environnement. On peut dire qu’ils avaient une certaine nostalgie du passé. Les agriculteurs recherchaient un certain « retour aux sources » soit cultiver comme avant sans « pourrir » notre très chère Terre. 

Il était temps j’ai envie de dire …
Mais vivons-nous heureux et qu’avons-nous de caché dans nos réfrigérateurs ?

CAHIER DES CHARGES

En gros, il suit 3 points principaux :

  1. Respect de l’environnement
  2. Respect de la biodiversité
  3. Respect du bien-être animal

Vous pourrez trouver plus de détails par ici

En bref :
Les fermes biologiques peuvent utiliser 47 produits sur les 300 utilisaient par les fermes conventionnels. La plupart ayant une origine agricole ou naturelle. Mais cela ne veut pas dire « TOUS ». Donc oui, on réduit l’utilisation de produits « nocifs » pour l’Homme mais pas complètement. Et bien-sûr, notre environnement est toujours menacé par des produits toxiques comme le cuivre et le soufre (autorisé en tant que pesticides dans le cahier des charges « BIO »). Il faut comprendre qu’on ne pourrait pas avoir de production aussi massive sans « aide » de l’agriculture pour nourrir la terre entière.

Mais attention de ne pas retomber dans nos vieux travers …
Salade Bio - Biodiversité - Potions Ethiques

La réduction massive de ces pesticides a permis une augmentation d’environ 30% des espèces vivants dans les fermes agricoles. Une augmentation majeure de la biodiversité qui ne nous laisse pas indifférents. Cela permet de repeupler le règne des insectes 🐞😍

Et concernant le « respect du bien-être animal » ?

  • Les animaux ont accès à un parcours extérieur,
  • La densité des animaux doit être limitée dans une ferme agricole,
  • Leur espace doit être bien aéré, avec de la lumière, une surface minimum pour ce mouvoir librement et paillé,
  • Les animaux doivent être nourris à l’alimentation biologique,
  • Leur santé est primordiale,
  • L’engraissement doit être plus lent,
  • Toutes leurs souffrances doivent être réduites pendant leur vie y compris lors de « l’abattage »

Quand j’ai lu ces lignes je me suis dit mais où va le monde ? Ils parlent de respect animal en ralentissant l’engraissement et faisant en sorte que leur mort soit sans souffrance. Ok, se donnent-ils une certaine conscience ? Je trouve cela dingue d’utiliser ce genre de terme et ce type de principe. N’est-ce pas humain de faire cela normalement ? Mais ce n’est pas le sujet du jour, je m’égare alors revenons à nos moutons.

Ce cahier des charges porte alors sur le respect général de l’environnement mais pas sur la qualité des produits. Tout porte à croire qu’il est évident que ce sont de bons produits mais cela dépend de la ferme et des produits utilisés au quotidien. Vous pourriez trouver de biens meilleurs produits chez le producteur non « BIO » d’à côté.

ÉCONOMIE

Les agriculteurs de produits biologiques ont droit à des aides variables en fonction du pays européen où ils se situent mais aussi en fonction des régions. Ce sont des aides aux investissements et des primes d’hectares qui sont distribuées par l’état pour inciter aux « bonnes pratiques » d’agriculture.

Il faut bien motiver les agriculteurs à remplir un cahier des charges aussi conséquent et complexes que « l’agriculture biologique ».

LES AUTRES BONNES PRATIQUES

Plus nous avançons dans le développement durable plus nous découvrons des « bonnes pratiques » pour protéger notre Terre. Les labels ne sont pas les seuls en réalité. On peut compter parmi elles :

  • L’agriculture raisonnée,
  • La production fruitière intégrée,
  • Global GAP,
  • Agriconfiance,
  • Etc.

Ce sont toutes des dérivées de l’agriculture biologique mais sans cahier des charges imposé. Ce sont soit des coopératives qui accompagnent les agriculteurs dans un respect de l’environnement soit des normes établies par les syndicats pour suivre une sorte de directive respectueuse de l’environnement. Un gros « F… » aux labels « BIO » en réalité, OUPS … 🙊

Courgette Bio - Agriculture raisonnée - Potions Ethiques

IMPACTS SUR LA SANTÉ

De nombreuses études ont été réalisées depuis le début des années 2000. Cependant, nous n’avons pas encore assez de recul pour savoir si le « BIO » est bon ou pas pour notre santé. Il est encore trop tôt …

Les études réalisées portaient majoritairement sur l’aspect nutritionnel et certains pensent que les différences entre l’agriculture biologique et conventionnelle sont minimes. Tandis que d’autres concluent que les produits « BIO » ont des avantages substantiels sur le plan nutritionnel. Alors qui croire ? Telle est la question !

Ce qui est sûr à ce jour, c’est que :
  • Le sol est de meilleur qualité quand les cultures sont « BIO »,
  • Le rendement des terres « BIO » pendant les années de sécheresse est augmenté,
  • Les produits sont plus chers d’environ 30%,
  • Les produits s’abîment plus vite (moins de produits de conservation),
  • Les produits ne sont pas forcément meilleurs, il vaudrait mieux penser local et de saison :
    • Pour limiter les gaz à effet de serre dus aux transports,
    • Pour la réduction de consommation d’énergie,
    • Pour protéger davantage l’environnement.

En 2018, NutriNet Santé conclue qu’il y a une diminution de 28% du développement de cancer grâce à des habitudes alimentaires plus saines (alimentation biologique au quotidien). Car les produits auraient des apports plus importants que les produits conventionnels, comme :

  • Plus de vitamine C (pour les défenses immunitaires),
  • Plus d’antioxydants (pour pallier au vieillissement des cellules humaines).

Mais ce qui améliore la santé aujourd’hui c’est davantage le STYLE DE VIE changeant de la population que les produits biologiques. Les personnes en meilleures santé suite à ces études ont prouvées que ce n’est pas le produit en lui-même qu’il faut changer mais les habitudes générales. Le localisme est alors à prioriser en fin de compte « BIO » or not « BIO ». Mais aussi, le sport au quotidien, l’application de produits cosmétiques réduite ou améliorée par des produits plus sains et naturels, etc.

On ne peut pas dire aujourd’hui que le « BIO » est meilleur pour la santé !
Mais est-ce vrai sur le long terme ?

Qu’en pensez-vous ? Consommez-vous « BIO » ?
Quelles sont vos habitudes au quotidien qui ont permis un changement de votre état de santé ?

À très vite,

Signature Angélique

Bibliographie :
https://www.agencebio.org/decouvrir-le-bio/quest-ce-que-lagriculture-biologique/
https://www.ifoam.bio/sites/default/files/page/files/oa_humanhealth_fr.pdf
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agriculture_biologique
https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Leffet-lalimentation-bio-sante-2018-10-23-1200978067
https://www.liberation.fr/planete/2018/06/27/que-pese-vraiment-l-agriculture-biologique-en-france_1662051
http://www.lefigaro.fr/conso/2018/08/21/20010-20180821ARTFIG00062-l-agriculture-biologique-aussi-efficace-que-les-pesticides.php
https://www.natureetprogres.org/
http://arboriculture.ecophytopic.fr/arbo/itin%C3%A9raires-et-syst%C3%A8mes/production-fruiti%C3%A8re-int%C3%A9gr%C3%A9e
http://www.agriconfiance.coop/
https://www.control-union.fr/control-union/Agriculture-GlobalGAP-fr

BIO MAIS QUEL EST CE MOT ? PINTEREST POTIONS ETHIQUES

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.